MediaVantage - The premier web-based application for media intelligence and public relations management
 

Les médias publics pourraient-ils constituer le Saint-Graal d’une campagne de relations publiques? Le professionnel des relations publiques qui cherchera à obtenir des mentions dans les médias publics va peut-être stimuler une campagne, mais il faut être conscient des limites.

Si vous n’êtes toujours pas sûr de faire la différence entre chaque type de média, voici quelques explications :

Les médias payants. Il s’agit de publicités payées, de messages publicitaires à la télévision et à la radio, de communiqués (vous payez des frais de diffusion et le contenu vous appartient), de bannières publicitaires sur le Web, de recherches payées. Ce type de média cible souvent des marchés ou des publics nouveaux.

Les médias privés. Cela peut comprend le site Web de votre entreprise, les microsites (votre compte Twitter, par exemple), la page Facebook de votre entreprise, la documentation portant la marque, un événement en direct organisé pour vos clients, etc. Ce type de média cible souvent les clients actuels et futurs.

Les médias publics. Il s’agit de contenu axé sur les médias sociaux (les messages retransmis sur Twitter par exemple), de billets de blogue organiques (un blogueur parle de votre entreprise ou de vos produits sans approche incitative), de vidéos et d’articles-vedette, etc. Ce type de média cible généralement les amateurs et les défenseurs de la marque, actuels et potentiels.

D’une certaine façon, aucune mention obtenue dans les médias n’est gratuite. La planification et la gestion de la campagne pourraient exiger beaucoup de travail et de frais. La plupart du temps, vous financez le sujet de la conversation (attention : si vous essayez de financer l’intégralité de la conversation, vous risquez de vous attirer des ennuis).

L’avantage des médias payants et privés, c’est que le caractère des mentions est plus prévisible. Vous avez le contrôle sur les médias privés et vous avez probablement produit le contenu que vous avez acheté. Ce sont les mentions figurant dans les médias publics, celles obtenues dans la période suivant le début de la campagne, qui comportent le plus de nuances et de subtilités. Cela se produit vraisemblablement parce que les mentions dans les médias publics sont souvent basées sur la confiance. Les journalistes et les blogueurs hésitent souvent à dire du bien d’une marque s’ils n’adhèrent pas complètement à ses valeurs. S’ils ne font pas confiance à votre produit, ils n’en feront pas la promotion. Attention : si les mentions dans les médias publics ont été obtenues par des approches incitatives (comme l’envoi d’un cadeau à un blogueur pour qu’il dise du bien de votre produit), elles ne comptent pas.

Il n’est pas toujours évident de faire la différence entre les divers types de mentions dans les médias. Cela s’applique particulièrement aux médias publics. Si vous utilisez un service de surveillance média, une fois que vous aurez effectué vos recherches, voici quelques étapes à suivre en priorité.

  • Classez votre contenu par catégorie : classez vos extraits médias selon qu’ils sont payants, privés ou publics.
  • Faites le tri : passez en revue les mentions dans les médias publics, et assurez-vous qu’elles ont été faites de façon organique, que la mention n’a pas été obtenue au moyen d’une approche incitative ou d’un paiement. Changez de catégorie s’il le faut.
  • Faites une analyse minutieuse : si vous avez classé un extrait dans la catégorie des médias publics, assurez-vous qu’il s’agit d’un peu plus qu’une simple mention. La mention a-t-elle été faite à la suite de votre campagne? Est-ce que la mention obtenue dans les médias publics était positive ou négative? S’est-elle traduite par plus de partage? Sinon, faut-il la garder dans la catégorie des mentions obtenues dans les médias publics? Faut-il vraiment en tenir compte?

En définitive, une campagne solide est conçue autour de la réussite de la participation. Si vous manquez de participants, vous n’aurez pas de ventes. Vous devrez prendre le temps de surveiller ce qui se dit sur votre marque. L’accent devrait être mis sur le niveau de participation. N’oubliez pas que certains médias peuvent être négatifs. Soyez honnête avec vous-même : c’est en connaissant bien le paysage médiatique actuel que vous aurez plus de chances d’obtenir de meilleurs résultats.

Laisser un Commentaire

You need to login to post comments!